Chantilly, second Louvre de France

Image représentant la conférence  Chantilly, second Louvre de France

C’est dans l’Oise à quelques kilomètres au nord de Paris que se trouve le domaine de Chantilly, classé monument historique et protégé depuis 1988. Son château, son jardin et ses collections en font un site très prisé des amateurs d’art.

Le « Petit Château » initialement construit au Moyen-Âge est devenu au fil du temps une fastueuse résidence princière. Tout d’abord rénové et modernisé par la famille de Montmorency à partir du XVIe siècle, le domaine sera largement embelli par les Condé qui en devinrent propriétaires au siècle suivant. Cependant, c’est au XIXème siècle que le château doit son aspect actuel par la volonté du duc d’Aumale, fils du dernier roi des français, Louis-Philippe. Le Château de Chantilly dévoile ainsi des appartements princiers fastueux qui servent d’écrin à la collection d’art du duc. Une collection qui par son nombre et sa qualité représente la seconde collection de peintures anciennes en France, ce qui vaut au Musée Condé le surnom de second Louvre de France. En 1866, le duc lègue le Domaine de Chantilly et ses précieuses collections à l’Institut de France à la condition qu’à sa mort le musée Condé soit ouvert au public et que rien ne bouge. Ainsi ce musée devint à la fois un monument historique accessible à tous, un musée des beaux-arts pour le plaisir des amateurs et le réceptacle d’un moment de l’histoire du goût.


Votre conférencière :

Après un Master en Histoire de l’art médiéval (“Représenter le roi : Charles V en France et Richard II en Angleterre”) et une Licence d’Histoire obtenus sur les bancs de l’université Paris IV – La Sorbonne, Tatiana Mignot s’est orientée vers le domaine des musées. Sa préparation au concours des conservateurs du patrimoine lui a permis de se spécialiser dans l’art du XVème au XVIIIème siècle tout en abordant les œuvres de près lors de différents stages au Musée du Louvre ou à la Cité de la Céramique de Sèvres. Désireuse de partager sa passion pour l’art et l’Histoire, elle se tourne désormais vers les visites-conférences et l’enseignement. Ainsi, elle travaille aussi pour l’Ecole du Louvre en tant que chargée de travaux dirigés sur la peinture du Moyen-Âge et de la Renaissance et mène cours et visites pour divers organismes comme des Universités Inter-Âge ou l’Ecole Boulle par exemple. Sur sa page Facebook, elle publie régulièrement des « Minutes culturelles » qui sur un ton enlevé et volontiers décalé proposent aux lecteurs de s’amuser avec l’art et l’Histoire. Entre travaux scientifiques et vulgarisation, elle réussit à trouver un équilibre qui lui permet de s’adresser au plus grand nombre. Tatiana Mignot travaille aussi avec le jeune public et a publié un récit fantastique destiné aux petits et aux grands, La Sirène de la tour Saint-Jacques aux éditions Amalthée.


Les dates à retenir :

1227-1228 : plus anciennes mentions du château dans un texte.

1484 : le dernier des Orgemont n’ayant pas d’héritier il légua Chantilly à l’un de ses neveux, Guillaume de Montmorency.

1557-1558 : Anne de Montmorency ordonne la construction du Petit Château dans le style de la Renaissance française.

1632 : le dernier Montmorency est exécuté à Toulouse sur ordre du roi qui confisque le château de Chantilly pour son propre usage.

1643 : le château est restitué à Charlotte de Montmorency, épouse d’Henri II de Bourbon, prince de Condé. Le lieu devient le siège de la dynastie des Condé.

1671-1673 : André Le Nôtre, jardinier de Versailles, aménage de somptueux jardins à la française.

25 avril 1671 : Vatel se suicide à Chantilly.

1719 : Louis-Henri, duc de Bourbon, fait construire par son architecte Jean Aubert sur la base de l’ancien château fort un nouveau bâtiment de style classique.

1719 à 1735 : construction des écuries.

1772 : le jardin anglo-chinois est aménagé.

1799 : La Révolution touche durement Chantilly : la famille émigre, les collections des princes sont confisquées, vendues ou nationalisées, le Grand Château est rasé jusqu’à son soubassement. 

Les Princes de Condé ne reviendront qu’à la Restauration et investissent le petit château qui a survécu.

1830 : le dernier prince de Condé meure sans héritier, il lègue son domaine à son filleul Henri d’Orléans, duc d’Aumale,  5ème fils du roi Louis-Philippe. Il sera le sauveur du château de Chantilly. Il commence par créer de nouveaux appartements au rez-de-chaussée, décorés par Eugène Lamy en 1845 selon le goût historiciste du temps. Ce sont les seuls appartements princiers de la monarchie de Juillet conservés en France.

1870 : retour du duc d’Aumale qui se consacre pendant 20 ans à reconstruire et embellir Chantilly pour en faire l’écrin de la collection réunie pendant son absence.


À lire pour aller plus loin :

Nicole Garnier-Pelle, Le Musée Condé, domaine de Chantilly, RMN.

Jean-Pierre Babelon, Chantilly, Scala.

Simone Bertière, Condé, le héros fourvoyé, Livre de Poche.

Raymond Cazelles , Le duc d’Aumale, prince, chef de guerre, mécène, Tallandier.


Visioconférence en VOD

Tatiana Mignot
04_Escapades